lundi 28 mars 2016

Solitude.Il n'oublie pas le changement d'heure, mais va au boulot un lundi de Pâques

Julien Reutart est ce qu’on appelle dans le jargon «un grand rêveur», les petites particularités horaires ou calendaires sont une plaie pour lui : "Cette année je ne suis pas allé au travail le 29 février car j’avais posé un RTT le lundi 1er mars pour avoir un week-end de 3 jours mais j’avais oublié qu’on était une année bissextile. Le lundi 1er mars 2016 n’existe tout simplement pas".

Au bureau, les collègues se moquent de cette petite particularité : "En octobre je suis arrivé une heure en avance, et tout le monde s’est moqué de moi car le gardien a kafté." D’après Julien ce mal serait de famille : "Mes parents se plantaient toujours pour les vacances scolaires, ils ne savaient jamais de quelle zone on était. Une fois on a déménagé dans la Zone C. Je suis donc rentré une semaine en retard des vacances d’hiver. Avec la marque de bronzage au visage, je me suis tapé la honte comme jamais. Aujourd'hui, mes enfants sont tout aussi paumés que moi. Avec les changements de zone de cette année, certains calendriers étaient faux, c’est un vrai problème pour nous."

« Cela roulait particulièrement bien sur le Pont de Pritz »


Ce matin Julien avait pourtant tout prévu, tout…Il avait changé l’heure de chaque horloge mécanique, mis à jour son radio réveil et celui de sa voiture et a fait confiance à Apple pour son téléphone: "J’ai toujours eu un problème avec l’heure d’été et l’heure d’hiver" nous confie-t-il. "J’ai jamais su si on reculait ou s’y avançait d’une heure c’est une angoisse pour moi". Parti heureux au travail, toute la famille dormait encore quand il a quitté les lieux. "J’ai commencé à me poser des questions. Cela roulait particulièrement bien sur le Pont de Pritz. J’ai regardé ma montre 25 fois et vérifié qu’on était bien lundi. Non je ne m’étais pas trompé. Pourtant ce matin, personne n’était au travail à l’heure. Pour une fois que tout le monde se trompe mais pas moi. Je vais pouvoir me vanter de ça auprès du patron." Il aura fallu près de 5 heures et 3 cafés à Julien pour se souvenir qu’aujourd’hui c’était le lundi de Pâques. Il repassa donc le Pont de Pritz dans l’autre sens en se demandant si le Lundi de Pentecôte sera férié ou pas cette année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.