mardi 2 février 2016

Santé et bien-être : Comment expliquer à un habitant de Château-Gontier qu’il faut éviter de coucher avec sa cousine ?


 
"On a plein de points communs en fait"


Les cas de consanguinité ne sont pas rares dans le Sud-Mayenne, les alto-angevins ne souhaitent pas se mélanger au reste de la population mayennaise. Ceci est du à une vieille querelle datant de l’Ancien régime. Quant aux habitants d’Angers, ils considèrent la Mayenne angevine comme étant une contrée lointaine peuplée de lutins. Dans ce contexte, il n’est pas rare de voir un Castrogontérien tenté de transformer une relation familiale en une relation amoureuse. Les conséquences sont pourtant fâcheuses explique Jean Rochefort, soigneur animalier au refuge de l’arche :

Un Gastrogontérien
« L’adolescent est tenté par sa cousine avec qui il joue depuis l'enfance. Celle-ci n’est plus la petite camarade de jeu à qui on tirait les cheveux et qu’on poussait dans les escaliers parce qu’elle était la préférée de Mamie Michelle. La petite Karine a maintenant bien grandi et Gonzague (prénoms d’emprunt) commencent à se rendre compte qu’ils ont tout deux évolué physiquement. Celui-ci, peu tenté d’aller par les nouveaux habitants qu’il considère comme étant des envahisseurs aux dents longues, préfère se la jouer "Christine Boutin" en se tournant vers Karine. Il faut bien l’avouer, celle-ci commence à devenir ce qu'on nomme scientifiquement "une sacré bonnasse".

Gonzague se rend également compte  que ses attributs se développent, sa pilosité explose et ses boutons d’acnés sont utilisés par son professeur de SVT pour expliquer la vulcanologie. Les parents n’ont pas encore repéré que les deux jeunes se sont rapprochés mutuellement. Ces derniers pensent que les trouver dans le même lit était si courant à 5 ans, les surprendre dans la même douche à 16 ans paraît alors tout aussi normal. Ces premiers doivent donc réagir avant qu’il ne soit trop tard. Il faut rappeler aux deux jeunes inconscients que fonder une famille avec sa cousine germaine va poser quelques soucis d’organisation pour le prochain repas de Noël. La confusion des genres pourrait amener Tata Georgette à ne plus savoir quoi offrir et à qui l’offrir. Il y a également un souci dans le nom de famille, Karine supportera-t-elle de garder le même nom de famille toute sa vie? Non bien sûr, elle voudra sans nul doute sentir la domination de son mari jusqu’à sa propre carte d’identité. Enfin, si rien ne les sépare, des tableaux de Foulques Nerra montreront les dégâts causés par des générations de consanguinités. Si vraiment rien n’y fait, commencez à accuser votre beau-frère d’être la cause de la perversité de votre neveu et buvez cul-sec une soupe angevine. Gros bisous"




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.