dimanche 10 janvier 2016

Amalgame : Le calife auto-proclamé de DAESH demande à ne plus être confondu avec les musulmans tolérants, ouverts et intelligents

Le calife, un tantinet agacé
"Il y a eu et nous » insiste un des responsables de l’État islamique Abou Bakr : "On déteste être confondu avec ces gens là. Ceux qui prônent un islam modéré, tolérant et qui prennent du recul sur le Coran. Ces personnes sont un danger pour les jeunes qui viennent en Syrie". L’amalgame entre islamiste et musulman est souvent fait et il est mal vécu par les terroristes. Kévin, jeune Breton originaire de Vannes, s’est récemment radicalisé et son choix n’est pas toujours compris : "Au lycée je vivais mal cette confusion. Un ami m’a dit comprendre ma religion, qu’il acceptait ma conversion et qu’il respectait que je ne mange pas de porc ou que je fasse le Ramadan. Je lui ai répondu que je m’en fichais de tout ça que je voulais juste aller en Syrie pour rentrer dans un État fictif où je pourrai monter les échelons rapidement. Que seul le pouvoir m’intéressait et que la religion n’était qu’une toile de fond. Le Coran? Je l’ai feuilleté rapidement, mais je n'y comprends rien. Et puis je n’aime pas le passage sur le fait qu’on n’a pas le droit de tuer un innocent. Je le trouve trop consensuel. Mon ami me tourne le dos depuis. Son manque de tolérance me peine."

« Nous on cherche le pouvoir, eux la spiritualité. Il ne faut pas confondre »

L’amalgame entre les musulmans et les islamistes n’est pas simple à vivre au quotidien affirme Kévin : "Je n’ai jamais compris cette histoire de pardon ou de respect de la femme que certains imams prônent. Moi ce qui m’intéresse c’est la violence, ça n’a rien à voir avec la religion. Elle n’est qu’un prétexte à l’agressivité que je veux exprimer. Du coup les musulmans modérés nous reprochent de donner une mauvaise réputation à l’islam en France. J’ai beau expliqué que si je veux couper la main d’un voleur ce n’est pas en suivant la Charia, mais juste ma propre folie. Je n’y peux rien si les gens mélangent tout, ce n’est pas de ma faute à moi" avoue-t-il la larme à l’œil
Préparation pour une ceinture explosive remplie de contradictions

Le calife de l’État islamique affirme qu’aucune confusion n’est possible et s'agace un peu de cet amalgame : "Je me suis auto-proclamé Calife à la place du Calife. Un poste qui n’existe plus depuis longtemps. Il ne faut pas confondre Islam (civilisation du Moyen-Age) et islam (religion). Vous en connaissez beaucoup vous des religions où le chef s’autoproclame comme étant le seul fidèle qui mérite de diriger sa religion? C’est comme si on jouait au foot tout seul sur le terrain pour se déclarer Ballon d’or. Il faut arrêter de confondre. Nous, c’est pas la religion qui nous intéresse. On a d’autres ambitions, on est des winners, on veut juste le pouvoir et par tous les moyens. Si vous ne nous croyez pas, passer donc voir comment on travaille. Par exemple là je dois couper des knackis pour faire une ceinture explosive d’entrainement. On prend pas ceux au poulet, trop cher. On préfère ceux au porc. Vous voyez, on n'est pas à une contradiction près vis-à-vis du Coran."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.