jeudi 12 novembre 2015

Après Air France, la SNCF avoue travailler comme en 1992.

Après la panne informatique chez Air France, liée à l'utilisation de d'un système informatique datant de 1992. La SNCF affirme quant à elle travailler également sur des logiciels tout aussi vieux. Elle avoue qu'en fait, c'est l'ensemble de son personnel qui travaille, réfléchit et fonctionne comme en 1992. Témoignage de Gérard, cheminot : "Nous ça nous paraît normal à nous de travailler comme en 1992. Pourquoi ça changerait? On aime bien. La nouveauté c'est barbant. Tous les mois je reçois ma paye en chèque écrit au stylo bic. J'ai même pu avoir ma prime de Charbon en nature une fois. Bien pratique pour le chauffage à la maison."
Le projet d'un nouveau composteur pour les gares

Il est vrai que la SNCF semble jongler entre modernité et le côté old school. Par exemple le billet de train de TGV a des horaires précis. En gros après l'heure de départ, le billet n'est plus remboursable. Ils doivent pourtant être compostés ET poissonnés par les contrôleurs. « Ha non! Ne nous enlevez pas le poissonnage s'il vous plaît." s'exclame Gérard tout rouge de colère. "C'est le seul truc que j'aime bien faire. Conseiller les passagers, scanner leur flashcode...Tout ça m'agace. Faut prendre une machine super lourde en plus. Si on nous enlève le poissonnage, on va perdre la retraite à 57 ans. C'est le seul truc qui justifie un départ plus tôt chez nous". 
D'autres petits détails nous rappellent la SNCF de 1992, les portes des wagons qui ne s'ouvrent que si on appuie fort sur le bouton vert, les portes entre les wagons qui se referment au bout de 20 secondes (sauf si vous appuyez sur le bouton en haut à droite, vous saviez pas ? Maintenant si :)


"On a aussi fait en sorte que les écrans tactiles des gares soient pas tactiles du tout."


Un contrôleur qui attend que quelqu'un loupe son train
"Nos uniformes, malgré plusieurs changements, nous donne encore l'impression d'être dans les années 80. On a aussi fait en sorte que les écrans tactiles des gares soient pas tactiles du tout. On a gardé le même fournisseur depuis 1983 le tout est basé sur MS-DOS" explique Gérard. " Mais ce que j'apprécie le plus c'est le sifflet, et croyez moi, j'attends toujours qu'un mec en retard se pointe en courant avec un sac Décathlon sur lui. C'est plus marrant  de le voir louper son train au loin. On a aussi un objectif, faire en sorte que les futurs composteurs soient encore plus galère que les composteurs actuels. Nous avions déjà bien réussi notre coup en les changeant il y plusieurs années. Les bornes oranges étaient très bien, mais les jaunes étaient encore plus mauvaise, du coup nous avons choisi les jaunes. Maintenant, les passagers doivent parfois retourner leur billet 20 fois avant de réussir à composter. En plus ça sert à rien, des fois il l'est déjà. Nous sommes fier, avec l’Éducation nationale, la SNCF est le seul service public qui aime faire du neuf avec du vieux".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.