jeudi 12 février 2015

L’inventeur du smiley, est décédé d’un torticolis hier soir


Julien Poincaré, l’inventeur du smiley en 1998, nous quitta hier suite aux complications de son torticolis. Julien avait créé prés de 19890 smileys rachetés par Microsoft Messenger puis Facebook, sa fortune était faite. Il continuait à travailler sur sa passion en proposant dorénavant ses petits émoticônes en Open source, parcours d’un homme qui changea nos vies.

Julien qui explose de joie 
Julien est issu d’une famille de l’Aveyron. Il obtint son BEPC en 1983, puis son bac en 1986 avec la mention bien. C’est justement cette mention qui lui donna l’idée des smileys. Il expliqua déjà en juin 2007 dans la revue Les dessins c’est la vie que c’est suite à l’absence totale d’émotion derrière son bulletin de notes que lui vint l'idée du smiley.
« Mes parents ne voyant pas la différence entre les mentions, j’ai dû leur expliquer par un dessin, c’est à ce moment là que j’ai commencé à exprimer mes émotions via des petites illustrations ». A partir de cet évènement Julien ne s’exprima quasiment que par ces petits signes. Par exemple, lors de son mariage, il répond :) au maire de Rodez. Il fut néanmoins confronté à des problèmes d’État civil lorsque la préfecture refusa de donner le nom de ^^ à son fils.

Julien se fit un peu d’argent durant les premières années des GSM, notamment avec le Nokia 3310, mais c’est vraiment avec l’arrivée du haut-débit qu’il commença à voir enfin le jour. « Les messageries automatiques commençaient à se développer, les gens faisaient de plus en plus de fautes d’orthographe, le smiley était le bienvenu car il donnait de la nuance à nos phrases, nous n’étions plus face à un écran froid et insensible ». Il est vrai qu’un smiley est souvent le bienvenu en fin de conversation, un double point et un p sont plus appréciables lorsqu’on quitte quelqu’un, on se sent moins lâche.

Néanmoins le génie a eu sa période sombre. Il tomba en dépression en 2004 lorsque LOL et MDR firent leur apparition. « Il ne comprenait pas que les gens les utilisent à toute les sauces, sans en comprendre le sens. Pourquoi écrire en 2003 que Barry White est mort avec un LOL derrière ? Cela n’a aucun intérêt rédactionnel putain de :@ :@ :@ :@ :@. Excusez moi, l’émotion est devenue trop forte, je ne me contrôle plus » confesse sa femme.

Julien était un fou de travail, mais la plupart des raccourcis claviers sont perpendiculaires à nos yeux, il passait donc son temps à travailler le cou penché à 90°. Malgré des séances régulières de chiropractie, il décéda des suites de son torticolis hier dans la matinée, la tête sur son clavier, ses derniers mots furent donc « dhyffhfkhfujjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.