samedi 14 février 2015

La police municipale de Béziers a un pote en plus

Le nouveau panneau publicitaire


Après la mise en place d’affiches montrant la nouvelle arme de ses policiers municipaux, la mairie de Béziers (Hérault), proche du Front national, a décidé d’accélérer ses moyens de répression en équipant chaque commissariat de quartier d’une chaise électrique. 

Le maire argumente de la même manière : "ce message est destiné aux délinquants" mais cette fois-ci la municipalité précise davantage sa définition de la délinquance. Contrairement au pistolet des agents municipaux, cet outil sera utilisé au quotidien. Selon le responsable de la communication Joseph Gaubeulesse , elle pourra servir afin de punir tous les crimes ou délits : vol de Tagaga (au delà de 12 grammes), passage piéton non respecté, écoute intempestive de J-Zay, selfie sur la voie publique ou imitation des pas de Christine and the Queens

" Plusieurs voltages sont possibles, l’objectif n’est pas non plus de donner la mort, on n'est pas des brutes non plus" se justifie le maire de Béziers. " Par exemple, un père de famille d’origine africaine ne recevra que 478 volts, juste pour qu’il comprenne que les demandes d’allocations sont réservées aux vrais Biterrois. Par contre, toute personne qui fera un jeu de mot entre baiser et Béziers ou entre bite et Biterrois recevra une dose mortelle de courant".
 
D’après l'adjoint à la sécurité, d’autres projets sont en cours afin d’assurer la tranquillité des habitants. "On envisage d’équiper nos agents de matraque électrique et de leur donner des chemises brunes afin qu’ils soient moins visibles par les Ara…terroristes. On vient également d’embaucher 12 snipers qui se relayeront jour et nuit au niveau du centre-ville, on n'est jamais trop prudent".

Selon la municipalité, aucune O.N.G n’aurait réagi à ces mesures. "Nous n’avons reçu aucun mail depuis la mise en place de moteur de recherches qui instaure la censure, il faut protéger nos citoyens des propos communistes ou djihadistes" précise l'adjointe à la préservation culturelle bitteroise. 
Quelques citoyens ont néanmoins réagi à cette montée de l’équipement sécuritaire. Notamment à la fermeture de 5 écoles primaires transformées en bunker ou mirador. Des parents d’élèves ont été reçus à la mairie il y a 3 jours, mais ne sont toujours pas sortis des locaux. "Vous verrez  encore quelques jours et ils sortiront convaincus du bienfondé de notre démarche, c’est génial l’électricité, ça met tout le monde d'accord " affirme le maire de Béziers.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.